Au service de l’amour : une brochure de médecin ?

Dans Au service de l’amour – Un livre propre, clair et net… Edition des jeunes gens de 1939, le Docteur Jean Carnot  souhaite fournir « des explications très précises sur tout ce qui a trait à l’amour, dans l’ordre physique et dans l’ordre sentimental ». Carnot veux ainsi donner aux jeunes hommes de 20 ans des explications accessibles sur le sujet de l’amour et de la sexualité. Presque 20 ans après la parution de cette brochure, une version adaptée aux femmes a été publiée : Au service de l’amour – Un livre propre, clair et net… Edition féminine de 1958. Pour sa rédaction, le docteur Carnot s’est associé à sa fille Edith Carnot, qui en aurait rédigé la préface.

Il convient de se demander qui sont le docteur Jean Carnot et sa fille Edith Carnot. Dans la préface de son texte, Jean Carnot se présente comme étant un urologue. Son fils lui aurait demandé la publication d’une brochure pour rendre accessible les questions de sexualité aux jeunes hommes de son âge, lorsqu’il est rentré lors de son service militaire.

Cependant, si l’on se réfère à la Dre Anne-Claire Rebreyend[1], dans son ouvrage Intimités amoureuses : France, 1920-1975 (2008), Jean Carnot était un ecclésiastique se faisant passer pour un médecin. Au même titre qu’il a inventé son métier d’urologue, celui qui se présente comme un bon père de famille a inventé sa filiation, ce dernier n’avait pas d’enfant. Les motivations que Carnot invoque pour justifier sa prise de parole, si elles reprennent les codes habituels des manuels d’éducation sexuelle, ne seraient donc pas véridiques.

Dans le premier chapitre de la brochure « La génération humaine », sous la section « Description et fonctionnement de l’appareil génital masculin » (à la page 19) après avoir présenté les testicules, les voies spermatiques, les vésicules séminales et la prostate, Carnot écrit « quelques mots au sujet des pollutions nocturnes ». Il y présente les pollutions nocturnes comme étant « un des moyens naturels d’élimination des sécrétions génitales ». Il précise également que « les pollutions nocturnes involontaires » peuvent avoir une fréquence d’une à deux fois par semaine, parfois plus, sans que cela ne soit pour autant néfaste pour la santé. Il explique toutefois que « si les émissions involontaires se multipliaient au-delà de ces limites, il y aurait lieu de veiller sur l’alimentation et d’éviter en particulier l’usage excessif de condiments et de boissons excitantes comme le café et l’alcool » et qu’il serait peut-être pertinent de « réfréner son imagination ».

Plus loin, dans le troisième chapitre « L’abstention avant le mariage », dans la section « La chasteté ne peut pas nuire à la santé » (page 117), le Docteur Carnot répond à un argument contre la chasteté à qui « on reproche d’être la cause des pertes séminales et leurs prétendues conséquences néfastes ». Carnot distingue alors les « spermatorrhées pathologiques », qui est une maladie généralement causée par des « excès vénériens », des « pollutions ou émissions nocturnes spontanées ». Au sujet de ces dernières, Carnot écrit : « Ces pollutions, accompagnées ou non de rêve, sont un des moyens dont se sert l’organisme pour évacuer les sécrétions spermatiques. Elles ne présentent aucun inconvénient [sic]: c’est un phénomène naturel [sic] qui n’affecte pas plus la santé qu’il n’engage la responsabilité. » Il précise également que si un jeune homme est mal renseigné sur le sujet des pollutions nocturnes pense que ces dernières lui sont néfastes et qu’il « se laisse aller à des idées noires », ces dernières ne sont pas créées par les pollutions nocturnes, mais seraient plutôt « le résultat immédiat de l’ignorance ou d’une imagination scrupuleuse ».

Ainsi, le docteur Carnot, par le biais de sa brochure, tente de normaliser le phénomène des pollutions nocturnes tout en tente de déculpabiliser les jeunes hommes pouvant en avoir. Toutefois, le discours du docteur Carnot sur les pollutions nocturnes ne se limite pas à cela. En effet, il précise qu’il « ne faut pas qu’un dévergondage de la pensé les multiplie. Ces pollutions seraient alors indirectement volontaires ». Dans le cas où ces pollutions deviennent volontaires, Carnot explique qu’elles peuvent entraîner des conséquences mauvaises pour la santé.

La position du docteur Carnot ne fait toutefois pas l’unanimité. En effet, André Lorulot, dans son livre Tricheries et trucages de l’amour de 1957 qui nous avons présenté le mois dernier, présente quant à lui les « Méfaits et dangers de la continence » dans un chapitre du même nom. Il y critique, entre autres choses, la distinction que le docteur Carnot fait entre « les pollutions spontanées et involontaires » et les « pollutions, également spontanées mais « indirectement » volontaires ». Selon Lorulot, la distinction faite par le docteur Carnot et son raisonnement a une « subtilité [qui] frise la mauvaise foi ». La conception des pollutions nocturnes, de leurs causes, de leurs effets mais aussi de la continence étaient donc encore en débat en 1957 lorsque Lorulot a publié son ouvrage.

Presque 20 ans après la parution de la brochure du docteur Carnot, une version adaptée aux femmes a été publiée : Au service de l’amour – Un livre propre, clair et net… Edition féminine. Pour la rédaction de cette brochure, le docteur Carnot prétend s’être associé à sa fille Edith Carnot, qui en aurait rédigé la préface. Cette version adressée aux femmes reprend des éléments présents dans l’édition adressée aux jeunes hommes en ajoutant des parties sur les affects. Les pollutions nocturnes disparaissent du chapitre « Description et fonctionnement de l’appareil génital masculin » et figurent dans le chapitre portant sur la chasteté intitulé « La jeunesse chaste ». Une distinction entre les spermatorrhées pathologiques et les pollutions ou émissions nocturnes spontanées est présentée. Dans cette version de la brochure, les pollutions nocturnes sont abordées brièvement et sans détails. La distinction entre les pollutions nocturnes involontaires et les pollutions nocturnes indirectement volontaires n’est plus présentée.

Sous l’identité du docteur Jean Carnot, parfois accompagné de sa prétendue fille, nous avons recensé 4 ouvrages :

[1] Rebreyend, A. (2008). Intimités amoureuses : France, 1920-1975. France : Presses universitaires du Mirail.

 

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Iris Rivoire (29 avril 2024). Au service de l’amour : une brochure de médecin ? Nuits polluantes. Consulté le 23 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11uhr


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search