Les pollutions nocturnes sont-elles des tricheries ou des trucages de l’amour ?

Dans son ouvrage Tricheries et trucages de l’amour, André Lorulot parle des pollutions nocturnes humaines à de nombreuses reprises.

Andre Lorolot (Plus précisément : Georges André Lorulot, né le 23 octobre 1885 à Paris et mort le 11 mars 1963 à Herblay ) est journaliste, conférencier, militant anarchiste et anticlérical. Il est également directeur du journal “La calotte” et président de la Fédération des libres penseurs de France. Auteur prolifique il consacre plusieurs textes à la sexualité dont :

Dans son texte, Lorulot fait référence à plusieurs reprises aux pollutions nocturnes, tant pour évoquer la question de la masturbation, que pour faire référence aux pertes séminales durant le sommeil, attestant ainsi qu’à la moitié du XXe siècle, les deux phénomènes sont encore confondus.

Dans le chapitre: « La sexualité chez l’enfant », Lorulot cite Alfred Kinsey (1894 – 1956) et sa liste de six moyens d’obtenir de la satisfaction sexuelle. Les « pollutions séminales nocturnes », sont placées en cinquième position, juste après la masturbation et avant ce que Kinsey nomme « la bestialité », c’est-à-dire le coït avec des animaux. Dans ce même chapitre, Lorulot explique, en parlant de la courbe de la sexualité des hommes que, même si l’individu garde généralement ses capacités reproductrices jusqu’à 70 ans ou plus, les pollutions nocturnes se raréfient à partir de la quarantaine.

              Quelques chapitres plus loin, dans « Diverses méthodes de masturbations », Lorulot évoque les rêves érotiques et les orgasmes nocturnes que les femmes peuvent avoir.

              Sous le chapitre « Les pollutions nocturnes », en citant plusieurs auteurs différents, Lorulot aborde également le sujet de l’érotomanie. Lorulot poursuit ce chapitre en traitant plus à proprement parler des pollutions nocturnes qui, selon saint Thomas, sont imputables au diable qui « provoque la pollution en frappant l’imagination et en mettant en mouvement les esprits génitaux » (p.233).

              Enfin, dans le chapitre « Méfaits et dangers de la continence », Lorulot traite des effets de la continence sexuelle et disserte sur la manière dont les pollutions nocturnes sont considérées à travers ce prisme.

              Mais dans cet ouvrage, Lorulot ne se contente pas uniquement de traiter des pollutions nocturnes des hommes. Dans le chapitre « Masturbation des animaux », Lorulot présente les observations du zoologiste américain Oliver Payne Pearson (1915 – 2003) sur les musaraignes : « Reproduction in the shrew (Blarina brevicauda Say) » publié en 1944.

Lorulot nous dit que Pearson observe des musaraignes qui durant leur sommeil, pour des « raisons purement mécaniques » ou à la suite de potentiels rêves érotiques, ont des érections nocturnes.

              Pour le moment, il s’agit de la seule mention faisant référence à une activité en lien avec la pollution nocturne chez les animaux que nous ayons trouvée dans la collection Froidevaux. Cependant, à travers une recherche supplémentaire, nous avons appris que le sujet est traité dans plusieurs textes.  On trouve ainsi les pollutions chez les chats, les rats et les primates, dans une période relativement proche du texte de Lorulot. Voici par exemple :

 



Citer ce billet
Iris Rivoire (2024, 21 mars). Les pollutions nocturnes sont-elles des tricheries ou des trucages de l’amour ? Nuits polluantes. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11uhq

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search