Une géopolitique de la semence ? Le pouvoir de dessiner des Empires durant le sommeil

Dans un dictionnaire de jargon parisien de 1878, nous pouvons lire à l’article : Carte de géographie : « Impressions … sur toile d’un voyage au pays des rêves » (p. 71). Cette définition allusive fait référence à toute une série d’expressions, attestées depuis le XIXe siècle, dans des dictionnaires et dans des œuvres littéraires. Il est question des taches trouvées dans le lit au réveil qui auraient la forme, selon le dire des hommes, d’une carte géographique. Pour Charles Bernet et Pierre Rézeau, il s’agirait d’une similitude de… forme !  Ils écrivent dans Richesses lexicales du français contemporain, publié en 1995 : « Carte de France / géographie : trace de pollution nocturne sur un drap. Par analogie de forme » (p. 57).

Tristan-Frédéric Moir, dans son Dictionnaire des rêves de 2015, y voit plutôt une analogie avec le pouvoir de la fertilité : « il a fait une carte de France :  faisait référence à la pollution  nocturne chez les jeunes hommes et était donc révélatrice du potentiel reproducteur de celui qui était devenu pubère et donc apte à ensemencer la terre ».

Quoi qu’il en soit, il est intéressant de constater que ce n’est pas un privilège des hommes francophones de dessiner pendant leur sommeil des empires. En contexte anglophone, on trouve aussi des cartes d’Irlande, d’Afrique, d’Australie….

Green’s Dictionary of Slang Online is published by Jonathon Green

Si ce questionnement semble échapper à la médecine (nous n’avons pas trouvé pour l’instant ces références dans les sources médicales), il est cependant fort intéressant. Pour ne pas avoir à nommer les pollutions nocturnes on trouve une hyperbole impériale.

Toujours d’actualité !

Jean Dujardin dans Brice de Nice (2005) se réveille avec des cartes d’Australie et la Nouvelle Zélande dans ses draps …

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
arena (27 février 2024). Une géopolitique de la semence ? Le pouvoir de dessiner des Empires durant le sommeil. Nuits polluantes. Consulté le 23 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11uho


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search